• Botox-Paris-1
  • acide-hyaluronique-Paris-1

Augmentation mammaire Paris

481 Vues
L'augmentation mammaire à Paris par la pose d'un implant mammaire, vous permet d'augmenter le volume du sein, de récupérer après la grossesse et l'allaitement ou de corriger toute asymétrie, de retrouver la satisfaction perdue dans leurs formes, ou de satisfaire un désir que vous aviez depuis longtemps. En r en lire plus

Visiter le Site Ajouter aux Favoris Contacter l'Auteur
Boîte à Outil

481 Vues

0 Commentaires

Imprimer cette Page

Ajouter aux Favoris

L’augmentation mammaire à Paris par la pose d’un implant mammaire, vous permet d’augmenter le volume du sein, de récupérer après la grossesse et l’allaitement ou de corriger toute asymétrie, de retrouver la satisfaction perdue dans leurs formes, ou de satisfaire un désir que vous aviez depuis longtemps. En raison de la grossesse, de l’allaitement, de l’amaigrissement, mais aussi d’une perte naturelle d’élasticité liée au vieillissement cutané, le sein perd sa forme et peut devenir flasque et tomber. La mastopexie permet de redonner position et forme, en associant éventuellement aussi la pose d’une prothèse.

Augmentation mammaire à Paris  – L’intervention

La mastoplastie additive à Paris dure environ une heure et peut être réalisée sous anesthésie locale avec sédation ou anesthésie générale, selon le tableau clinique du patient. Il est important de souligner que des études cliniques américaines ont confirmé, même récemment, que le cancer du sein a la même incidence chez les femmes avec prothèse et chez les femmes sans prothèse, réitérant qu’il n’y a pas plus de risque de développer un cancer du sein, après l’insertion de prothèses. La mastoplastie additive est la chirurgie la plus courante, notamment dans le domaine de la chirurgie esthétique, et consiste en l’insertion d’implants mammaires constitués d’une enveloppe contenant du gel de silicone. L’objectif est d’augmenter la taille du sein, de modifier sa forme ou, après une mastectomie pour un cancer du sein, de reconstruire le sein. Dans certains cas, il est possible d’utiliser des prothèses remplies d’Hydrogel, de solution saline (eau salée) ou d’autres matériaux. Les prothèses sont divisées en prothèses rondes et anatomiques en fonction de leur forme, respectivement ronde ou goutte, et sont choisies en tenant compte des différents dispositifs techniques du chirurgien, l’apparence du thorax et du sein du patient ainsi que les désirs de volume, forme et projection du patient lui-même. la chirurgie commence avec les incisions, généralement longues de quelques pouces et bien cachées au niveau du sillon submammaire. De plus en plus rarement, en raison du plus grand nombre de complications et du risque de contracture capsulaire démontré par des preuves scientifiques, les incisions sont faites à l’aisselle ou autour de l’aréole. En fait, il a été démontré que ces deux types d’incisions sont responsables d’une plus grande contamination de la prothèse par les bactéries présentes dans les glandes sudoripares des aisselles et dans les canaux galactophores de la glande mammaire. De plus, il est techniquement plus complexe de préparer une « poche » pour la prothèse, qui soit sans sang et de la bonne taille, et il y a une plus grande association entre l’insertion de la prothèse via des déformations périaréolaires et secondaires après par exemple des cicatrices de rétraction de la glande mammaire. Dans le cas où l’accès se fait par le sillon inframammaire, il n’y a aucun contact avec les glandes sudoripares et les canaux galactophores, ni aucune altération de la forme de la glande mammaire, puisqu’elle est simplement soulevée (partiellement ou entièrement) par le muscle pectoral sans aucune dissection en son sein. En fonction des conditions « de départ » du patient (forme du sein et de la poitrine, activité sportive, état de la peau et des tissus mous restants), les prothèses peuvent être insérées dans une poche sous-glandulaire, c’est-à-dire entre le muscle pectoral et la glande mammaire, ou Dual Plane, c’est-à-dire partiellement sous le muscle pectoral et partiellement sous la glande, après un examen approfondi, le chirurgien trouvera la technique la plus adaptée aux besoins du patient. Une fois l’incision pratiquée, le chirurgien crée la poche où seront placées les prothèses et coagule tous les petits vaisseaux sanguins coupés pendant ces phases. Les prothèses sont insérées dans la poche. Dans toutes ces phases, une grande attention est portée à l’intégrité de la glande mammaire afin de maintenir sa fonction physiologique et de permettre à la femme d’allaiter.  Les tissus sont ensuite suturés d’abord en profondeur et progressivement sur les plans les plus superficiels, afin de répartir uniformément les forces. L’opération se termine par le pansement et le bandage de la poitrine avec des bandages élastiques de compression. La compression contient tout œdème qui se forme habituellement à la suite de l’intervention chirurgicale et favorise le bon tassement des tissus du sein. Le pansement est habituellement enlevé après environ 4 jours et remplacé par un soutien-gorge compressif qui sera porté le mois suivant.

Petite histoire de l’augmentation mammaire

1895-1975
antécédents d’augmentation mammaire

Un nombre incalculable de techniques ont été expérimentées pour satisfaire les désirs des femmes ou pour augmenter ou reconstruire leurs seins.

Depuis 1895, date à laquelle Czerny, un chirurgien tchèque, a enregistré la première description d’une chirurgie d’augmentation mammaire, un nombre incalculable de techniques ont été mises à l’essai pour satisfaire les désirs des femmes ou pour augmenter ou reconstruire leurs seins. Parmi ces efforts, on peut citer les injections de cire de paraffine et de silicone au XXe siècle, pratique désastreuse qui a entraîné de nombreux problèmes de fuite et de migration ou d’embolisation, entraînant la formation de granulomes dans le thorax.

Il faut aussi mentionner la pose d’éponges préparées avec des polymères plastiques, une technique qui a été abandonnée en raison des nombreux problèmes d’infections, de contractures et de croissance tissulaire qui ont empêché le retrait futur de ce type de prothèses. C’est en 1962 que les chirurgiens Cronin et Gerow ont réussi à implanter un dispositif contenant un gel de silicone dans un revêtement en élastomère de silicone et que le patient qui l’a reçu était Timmie Jean Lindsay. Ce prototype est considéré comme le précurseur de la chirurgie des implants mammaires et a été fabriqué commercialement par Dow Corning en 1963 et ce produit a été exempté des règlements de la FDA, pour être considéré comme un dispositif médical et non un médicament.
1976-1990

En 1976, en raison des modifications apportées à la Medical Devices Act par le Congrès américain, les implants mammaires n’étaient plus exclus de la réglementation de la FDA. Malgré la recommandation initiale faite par le Panel de chirurgie des dispositifs plastiques de la FDA selon laquelle les implants devraient être considérés comme des produits de classe II, c’est-à-dire qu’ils devraient être soumis à des contrôles généraux, en 1982, la FDA a pris la décision juridique et proposé la classification de ces produits comme produits de classe III, c’est-à-dire sous réserve de la démonstration de leur sécurité et efficacité avant leur mise sur le marché.

    C’est en 1962 que les chirurgiens Cronin et Gerow ont réussi à implanter un dispositif contenant un gel de silicone dans un revêtement en élastomère de silicone.

Parallèlement, les chirurgiens et les patientes ont commencé à découvrir les excellents résultats à long terme de la chirurgie d’augmentation mammaire par implants mammaires de nouvelle génération.

antécédents d’augmentation mammaire

Les chirurgiens et les patientes ont commencé à découvrir les excellents résultats à long terme de la chirurgie d’augmentation mammaire avec les prothèses de nouvelle génération.

Les expériences négatives de contracture capsulaire ont provoqué de nombreuses répétitions d’interventions chirurgicales qui ont permis de révéler un taux de rupture de la prothèse qui ne devait pas être aussi élevé. De nombreux patients insatisfaits de prothèses défectueuses ont exprimé le besoin de se faire opérer à nouveau.

Mastoplastie réductrice

Elle est réalisée sous anesthésie locale avec sédation, ou générale et a une durée moyenne de 2 heures. La mastopexie en chirurgie esthétique à Marseille  est similaire à la réduction mammaire et peut durer d’une heure et demie à trois heures selon la taille des seins.
Post-opératoire
Les jours qui suivent l’intervention se caractérisent par de légères douleurs dans la région du sein qui peuvent être soulagées par des analgésiques. Pendant une semaine, la zone chirurgicale ne doit pas être mouillée, les mouvements des bras et tous les efforts doivent être évités.
 
Adresse internet de votre Site Lien vers le Site Internet
Acceptation des Conditions
En cochant cette case, je déclare avoir pris connaissance des règles de soumission et les accepter sans réserve.
Distance : 214 Kilomètres
Address Avenue de la Tremoile 75008 Paris
Catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


8 + 3 =