News Médecine

201 Vues
Ce qui ne tue pas fortifie pas, c'est une manière de dire qui est entrée depuis longtemps dans le langage commun. Si cette affirmation est vraie pour les hauts et les bas auxquels est soumise la vie de chacun, elle pourrait aussi s'appliquer de manière cohérente à la question que nous avons traitée dans la colonn en lire plus

Visiter le Site Ajouter aux Favoris Contacter l'Auteur
Boîte à Outil

201 Vues

0 Commentaires

Imprimer cette Page

Ajouter aux Favoris

Ce qui ne tue pas fortifie pas, c’est une manière de dire qui est entrée depuis longtemps dans le langage commun. Si cette affirmation est vraie pour les hauts et les bas auxquels est soumise la vie de chacun, elle pourrait aussi s’appliquer de manière cohérente à la question que nous avons traitée dans la colonne « Pilules de pilules ». Histoires atypiques de découverte de médicaments et d’ingrédients actifs ».

Soulager la maladie ?

Le simple soulagement de petits maux ou le sauvetage de maladies graves, les préparations, les potions, les médicaments de l’histoire nous ont toujours aidés non seulement à soulager la douleur et la souffrance, mais aussi à poursuivre, à travers eux, une sorte d’élixir de longue vie.

C’est peut-être pour cela que la pharmacie est un lieu spécial et mystérieux, qui a son propre parfum et sa couleur particulière, qu’il s’agisse de comptoirs de style Liberty derrière lesquels se cache la grotte du pharmacien ou d’étagères modernes et aseptiques, refuge sûr pour atterrir quand nous sommes affligés par mille et un autres maux.

Et après tout, lequel d’entre nous n’a pas sa propre pharmacie domestique, comme un petit coffre au trésor apotropaïque ?

Mais revenons à nos débuts. En regardant la liste des noms de médicaments et leurs curieuses histoires de découvertes et d’événements pharmacologiques, nous avons remarqué combien souvent le même ingrédient actif à différentes doses peut être bénéfique ou nocif. Et comment, dans d’autres circonstances, un poison ou une toxine sont devenus de véritables drogues.
Il est également vrai que le menteur d’un médicament réserve des listes interminables d’effets secondaires (face auxquels nous sommes tentés de temps en temps de ne pas prendre le médicament, ou inexplicablement nous commençons à ressentir juste les symptômes décrits). Si, par conséquent, la considération paradoxale qu’un médicament peut aussi blesser peut sembler insignifiante, en réalité, nous avons trouvé la confirmation du binôme poison-care, d’une certaine manière historique : c’est en fait dans l’étymologie du mot drogue lui-même, puisque le grec phàrmakon signifie précisément médecine et poison.

Ici apparaît alors dans notre liste de médicaments l’atropine, un alcaloïde extrait de plantes comme la Belladone dont le nom « Atropa Belladonna » dérive précisément de celui des trois destins qui coupent le fil de la vie. Il semble, en effet, que dans l’Antiquité, l’extrait était utilisé comme poison. Aujourd’hui, l’atropine est utilisée en ophtalmologie pour sa propriété de dilatation de la pupille, c’est pourquoi la plante porte aussi le nom de « Belladonna », car elle peut donner à l’œil cette caractéristique de flou qui était attribuée au charme féminin. Bref, une histoire qui est une concentration de mythes et de coutumes.
Même le taxol, un extrait végétal d’une espèce de blaireau et utilisé aujourd’hui dans le traitement de certaines formes de cancer, semble avoir été utilisé dans les temps anciens pour fabriquer des flèches et des lances toxiques. La toxine proTx-II est une découverte récente, extraite du poison de la tarentule péruvienne, peut être utilisée pour combattre la douleur neuropathique.

Comme le montrent ces mêmes exemples, un « volet » très productif de notre rubrique concerne l’origine végétale, animale ou minérale des principes actifs et des substances médicinales. C’est le cas, entre autres, de la quinine extraite de l’arbre de Chine et des polyphénols aux propriétés antioxydantes que l’on retrouve dans le thé vert (comme le dit la sagesse orientale). Le resvératrol, antioxydant et anti-inflammatoire, est obtenu à partir de la plante appelée Polygonum Cuspidatum, et se trouve également dans les raisins et le vin rouge. Enfin, l’allicine est obtenue à partir de l’ail et possède des propriétés antihypertensives, antioxydantes et antibiotiques.
Souvent, le hasard a joué un rôle majeur dans la découverte de médicaments.
 

En cherchant des histoires inhabituelles, nous avons constaté que le hasard a souvent joué un rôle de premier plan dans la découverte de médicaments. La première identification des propriétés de ce qui deviendra le paracétamol s’est faite par un échange de bouteilles. Alors que l’héparine, qui a une fonction anticoagulante, a été découverte par un étudiant alors qu’il cherchait des coagulants dans les tissus (le nom vient du grec hêpar’foie’ où on le trouve en quantité). Ainsi, la pénicilline a aussi été découverte presque par hasard par Fleming en 1929 (mais il existe un précédent italien, l’étude du docteur Vincenzo Tiberio au XIXe siècle) qui a remarqué l’élimination des bactéries dans une culture où les moisissures se sont développées.

Enfin, comme il convient à tout rapport, nous rendons compte des résultats, ou plutôt des préférences de nos adeptes en matière sociale. Quelles sont les drogues qui les intéressent le plus sur Facebook ? On pourrait dire « o tempora o mores ! » en observant les substances qui ont obtenu le plus de visualisations, risquant une interprétation sociologique, comme si elles étaient le reflet de nos anxiétés modernes et de nos tics. Ce sont des actifs qui combattent l’anxiété, la dépression et le vieillissement, comme la valériane, connue depuis l’antiquité pour ses propriétés calmantes. L’histoire de la toxine botulique est également curieuse : découverte grâce à une toxine alimentaire provoquée par les saucisses, elle fut d’abord utilisée comme antispasmodique, puis en médecine esthétique.
Aussi pour cette colonne – comme pour la colonne « Voyage à travers le sens des mots » – il faut cependant souligner la diversité des goûts du public de Linkedin qui s’est montré curieux de la metformine (un antidiabétique qui, testé sur souris, a retardé le vieillissement), de l’allicine et de l’acide acétylsalicylique le plus commun.

En conclusion, nous avons constaté que bon nombre des ingrédients actifs utilisés aujourd’hui proviennent du passé. Mais l’avenir ? Quels sont les scénarios pharmacologiques ? Il semblerait que les soins de santé, les progrès technologiques et l’IdO, même dans ce domaine, promettent une nouvelle génération de médicaments numériques : aurons-nous encore de curieuses histoires de médicaments à raconter ? Nous parions que vous le ferez !

Histoire de la chirurgie esthétique

Le terme « chirurgie plastique » en augmentation mammaire a été utilisé pour la première fois par Eduard Zeis pour le titre de son livre de 1838 Handbuch der plastischen Chirurgie. Susruta (VIIe siècle av. J.-C.) décrit les procédures de reconstruction nasale. Durant la première moitié du XVe siècle, des membres de la famille Branca ont pratiqué la chirurgie plastique en Italie. Le livre de Gaspare Tagliacozzi (1546-1599) De curtorum Chirurgia per incitionem, fut le premier traité de chirurgie plastique dans lequel diverses opérations furent décrites, en particulier sa technique de rhinoplastie. La reconstruction du nez selon la méthode indienne a été introduite en Europe par une lettre à l’éditeur du Gentleman’s Magazine en octobre 1794. J. C. Carpue a été le premier chirurgien à le mettre en pratique. Au 19ème siècle, la chirurgie plastique s’est considérablement développée grâce à la créativité de chirurgiens tels que Dieffenbach. L’histoire de la chirurgie esthétique est liée à celle du XXe siècle. Les premières interventions autorisées par l’évolution de l’anesthésie et de l’asepsie ont été la correction des oreilles bouclées d’Ely et la rhinoplastie endonasale de Roe. La Première Guerre mondiale a conduit à la création d’unités de chirurgie maxillo-faciale rendues nécessaires par le nombre effroyable de visages blessés. Beaucoup de ceux qui seront les grands noms de la chirurgie plastique (Blair, Davis, Dufourmentel, Virenque, et surtout Morestin et Gillies) travaillent dans ces unités. En France, certains chirurgiens (Noël, Passot, Bourguet, Dartigues) ont fait preuve d’une grande créativité et décrit les techniques qui ont inspiré les interventions modernes. Le procédé Dujarier met la chirurgie esthétique française sous un mauvais jour, mais il n’empêche pas la création de la première Société Française de Chirurgie Plastique en 1930. La Seconde Guerre mondiale a apporté de nouvelles orientations. Après la guerre, les sociétés nationales et internationales de chirurgie plastique se multiplient, de même que le nombre de magazines. La Société Française de Chirurgie Plastique a été fondée en 1952.
Santé France
Chirurgie du nez
Chirurgie esthétique sur Academia EDU
Abdominoplastie
Liposuccion
Techniques opératoire Rhinoplastie 
Chirurgie des seins
Liposuccion
Augmentation des seins
Services chirurgien esthétique
Liposuccion hommes
Histoire augmentation Mammaire
Chirurgie des seins 
Lifting des seins
On parle de chirurgie esthétique sur le-bottin.com 
Ictère
Clinique Esthétique
Tumblr et Chirurgie esthétique 
Liposculpture et Liposuccion 
Traitement des cheveux 
Toxine Botulique
Se refaire la poitrine
Chirurgie plastique des seins
Editoweb parle de Botox
Augmentation Mammaire Moderne
Acide hyaluronique
Annuaire Chirurgie Europe
Ou Surfer à Paris
News sur la médecine 
Blépharoplastie
Choix du net Paris
Baytobio parle de nous
Le HUG de Genève parle d’augmentation mammaire
Le CHUV en Suisse parle de l’augmentation mammaire
On parle de Médecine esthétique
Lifting visage France
Adresse internet de votre Site Lien vers le Site Internet
Acceptation des Conditions
En cochant cette case, je déclare avoir pris connaissance des règles de soumission et les accepter sans réserve.
Distance :
Address Rue de Versailles 33 , 75016 Paris
Catégorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


3 + 1 =