Blog

5 conseils pour organiser ses funérailles de son vivant


Il est clair que l’organisation de ses propres funérailles n’est pas quelque chose d’agréable à faire. Cependant, si vous avez des exigences précises en ce qui concerne l’organisation de vos obsèques, il serait peut-être plus prudent de les communiquer à votre famille et de laisser une trace écrite de vos souhaits. Préparer ses funérailles ne porte pas malheur, mais il permet de dire et de faire respecter ses dernières volontés. Il permet également de décharger ses proches de certaines formalités administratives et organisationnelles. Les motifs derrière cette anticipation dans les moindres détails sont nombreux. Voici comment parvenir à organiser vos obsèques de votre vivant à travers ces 5 conseils.

Consigner par écrit l’organisation de vos obsèques

Le meilleur réflexe à avoir, en envisageant de régler soi-même ses propres obsèques, est de l’annoncer à votre famille puis d’indiquer toutes vos dernières volontés par écrit sur un papier. Une pareille décision a pour fondement la loi du 15 novembre 1887 qui stipule que « tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler l’ensemble de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner et le mode de sépulture ». Même vos héritiers sont obligés par cette loi à respecter vos volontés. Il suffit de les rédiger clairement sur papier libre et de les confier à une ou deux personnes de confiance.

Vous avez le choix d’y inscrire que les grandes lignes (cérémonie et sépulture) comme vous pouvez également tout clarifier : du choix du cercueil à la rédaction du faire-part de décès. Si vous préférez une cérémonie civile notamment avec le recours à la crémation plutôt qu’à l’inhumation, c’est le moment de le spécifier. Par contre, si vous optez pour une cérémonie religieuse, il faudra auparavant discuter avec le responsable du lieu de culte afin de laisser certaines indications.

Vous pouvez également indiquer si vous décédez dans un lieu médicalisé votre préférence à être transporté dans un funérarium ou être rapatrié dans votre domicile. Et si aucune cérémonie religieuse n’est envisagée, la famille peut vous y rendre un dernier hommage avant le cimetière. Vous pouvez avoir plus d’information sur https://www.funeraillesfontaine.be/. Après la rédaction, il est conseillé de laisser une copie de ce que vous avez confié à des personnes de confiance, dans les documents les plus importants que d’autres proches pourront consulter au moment opportun. Toutefois, il faut éviter de préciser vos désirs en matière de funérailles dans un testament que vous confiez à un notaire. Le notaire fait son apparition qu’une fois les obsèques terminées.

Procéder au choix du cimetière

La sélection du lieu de l’inhumation est encadrée par l’article L.2223-33 du Code général des collectivités territoriales. Ce qui fait qu’un défunt peut être enterré dans le cimetière :

  • De la commune de son domicile ;
  • De la commune où il décède ;
  • Où l’on dispose d’un caveau de famille ;
  • De la commune où il était inscrit sur les listes électorales, s’il était de nationalité française, mais résidait à l’étranger.

Une fois que vous aurez fait le choix du lieu qui vous convient, vous verrez avec les pompes funèbres auxquels vous allez confier certaines démarches et l’aménagement de votre sépulcre suivant vos vœux et dans le respect du cimetière communal. Vous avez également la possibilité de choisir à l’avance votre pierre tombale tout comme votre épitaphe.

Anticiper sur les frais d’obsèques

Vous pouvez gérer à l’avance les dépenses liées à vos obsèques en vous faisant établir deux ou trois devis par des entreprises de pompes funèbres. Il faut donc prévoir environ 3 815 € pour une inhumation, hors caveau et concession et en moyenne 3 986 € pour une crémation. Vous pouvez avoir plus d’information en consultant https://funekerf.be/. Vous pouvez souscrire à un contrat d’assurance obsèques en choisissant l’une des deux formules souvent proposées : le contrat en capital et les contrats de « prestations d’obsèques à l’avance ». Mis à part ces formules qui peuvent parfois donner lieu à des abus, vous pouvez carrément ouvrir un livret ou un compte dans votre banque, destiné à payer vos obsèques.

Parler ouvertement de ses dernières volontés

À part les contrats d’obsèques, vous pouvez faire part de vos désirs funéraires à quelqu’un de proche et de confiance. Comme ça, à votre décès, elle se chargera de respecter vos dernières volontés. Vous pouvez également écrire gratuitement vos volontés dans le registre des personnes physiques de votre municipalité. Ceci vous permet d’indiquer à vos proches votre choix de rite à savoir religieux ou laïque, le mode et le lieu de l’enterrement, les textes à lire au cours des funérailles, la musique à diffuser ainsi que votre envie de faire don de votre corps à la science si vous avez signé pour cela.

Établir un testament pour préparer sa succession

En laissant un testament, vous optez pour le meilleur moyen d’assurer votre succession. Vous pouvez établir un testament authentique devant un notaire et deux témoins pour choisir la personne à qui vous soumettez vos biens. Il y a aussi le testament olographe qui permet à vos héritiers d’avoir aisément accès à vos patrimoines.


14 juillet 2022
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.


9 + 2 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.